En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Evolution de la conjoncture

pic baro T3
BAROMÈTRE CONJONCTUREL 3° TRIMESTRE 2016 Location, Distribution de matériel de BTP et de Manutention industrielle par Nicolas BOUZOU / ASTERES

L’économie française cherche encore sa locomotive
L’économie française semble s’être enlisée dans une relative atonie. En 2016, la croissance du PIB devrait péniblement atteindre 1,4% et les perspectives ne sont guère réjouissantes (1,5% en 2017 et 1,6% en 2018 selon la Banque de France). Une situation similaire s’observe dans tous les pays développés, ce qui réactualise l’hypothèse d’une « stagnation séculaire » des économies avancées, désignant un régime de croissance durablement faible.

La production piétine dans la plupart des grands secteurs. Tournant inédit, la construction accélère enfin au troisième trimestre à la faveur d’une activité soutenue dans le bâtiment. Mais seul, le bâtiment ne peut être la locomotive de l’économie nationale. La demande intérieure s’accroît péniblement dans un contexte de fortes incertitudes qui favorise les comportements attentistes. Levier de relance le plus prometteur, la dépense publique reste timide car contrainte par une dette avoisinant 100% du PIB.

Au final, et malgré les annonces répétées, on voit encore peu la couleur de la reprise. Ce que l’on voit, en revanche, c’est un taux de chômage qui plafonne toujours à 10% et un creusement des inégalités de revenu. A la crise financière de 2008-2009 s’est succédée une crise du néolibéralisme comme paradigme économique dominant, sans qu’une alternative crédible n’ait émergé depuis. La nature a horreur du vide : cette situation d’incertitude alimente la méfiance généralisée et nourrit des idéologies de repli sur soi qui fleurissent sur le terrain fertile de la peur. Cela a pour conséquence de rouiller davantage encore les circuits économiques. Pourtant, les besoins (et donc les opportunités) d’investissement et d’emploi sont colossaux, dans des secteurs comme les énergies bas carbone, l’économie circulaire, la « silver economy » ou la chimie verte. Ce qui manque est une vision positive et inclusive de l’avenir et des voix pour la porter.

Boosté essentiellement par un régime fiscal exceptionnel favorable à l’investissement, le chiffre d’affaires a continué d’augmenter pour les trois professions représentées par le DLR. Tant la location que la distribution de matériel de BTP a bénéficié de l’accélération de la construction de logements et du rattrapage d’activité dans les travaux publics. La lente progression de l’économie nationale a favorablement impacté les activités de manutention industrielle (surtout) et agricole.


Chiffre d’affaires
au T3 2016
Evolution sur un an


Distribution : + 3%
Location : + 7%
Manutention : + 11%

PS : le baromètre complet est réservé aux membres du DLR
 

Liens

partager