En poursuivant sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies.
Ces cookies nous sont nécessaires au bon fonctionnement des fonctionnalités du site.
Gérez mes cookies.

Evolution de la conjoncture - Baromètre conjoncturel T4-2016

pic baro T3
Edito de Nicolas BOUZOU / Asteres

La reprise de la construction tonifie l’économie nationale

L’économie nationale a retrouvé un peu de tonus en fin d’année. La croissance du PIB – 1,1% sur un an – reste molle, mais repose désormais sur une demande intérieure solide grâce aux efforts déployés pour redémarrer l’investissement privé. Côté entreprises, la prolongation du « suramortissement Macron » jusqu’en avril 2017 a soutenu l’investissement productif. Côté ménages, l’assouplissement des conditions d’octroi du prêt à taux zéro et la loi Pinel dans un contexte de taux d’intérêt très faibles a constitué un soutien important à l’investissement résidentiel. Au global, la FBCF des entreprises a progressé de 3% sur un an et celle des ménages de 2%.

Etant donné le ralentissement du commerce mondial, confirmé au 4e trimestre, le renforcement de la demande intérieure a bénéficié davantage qu’avant aux entreprises nationales, opérant dans des secteurs d’activité peu exposés à l’international dont au premier chef la construction. La production se redresse depuis le début de l’année 2016, portée par le dynamisme des logements neufs et la reprise, lente mais avérée, des travaux publics.

Le retour de l’activité de construction impacte positivement les fournisseurs de matériel de chantier, dont le chiffre d’affaires est en hausse pour le quatrième trimestre consécutif. Côté location, la progression est cependant ralentie par une guerre des prix. Côté distribution, l’amélioration de l’environnement économique et la prolongation du dispositif de suramortissement exceptionnel dopent les ventes. En revanche, l’effet du dispositif est amoindri du côté desfournisseurs de matériel de manutention, pénalisés par le manque de dynamisme de leurs secteurs clients. Cela suggère l’insuffisance de la « carotte » fiscale : le « dispositif Macron » a certes contribué à moderniser l’outil de production, mais un effort d’investissement plus ambitieux (notamment public), joint à des réformes structurelles, reste nécessaire pour relancer la compétitivité des industriels français.


Chiffre d’affaires
au T4 2016
Variation annuelle


Distribution : + 33%
Location : + 3%
Manutention : + 2%

PS : le baromètre complet est réservé aux membres du DLR
 

Liens

partager