Continuité pédagogique au temps du confinement…
enquete ASDM
Les jeunes actuellement en formation à la maintenance des matériels, que ce soit en alternance ou en stage, ont bien sûr, eux aussi, été impactés dans leur parcours par cette situation particulière.

L’ASDM (association des syndicats de la maintenance des matériels regroupant DLR, FNAR et SEDIMA) a réalisé une enquête auprès des établissements formant aux métiers de la maintenance des matériels, afin d’évaluer les incidences de cette pandémie et les modalités de la continuité pédagogique qu’ils ont pu mettre en place pendant cette période.

D’après les près de 80 répondants à cette enquête, tous ont réussi à mettre en place la continuité pédagogique préconisée par le ministère de l’éducation nationale, et la très grande majorité (90%) a pu garder le contact avec les jeunes.

La formation dans les domaines techniques se déroulant habituellement en atelier a dû laisser place à des suivis technologiques, projets d’études, vidéos de démonstrations visuelles, tutos et didacticiels, cours en visio, quizz et QCM… Ce fut la plus grande difficulté rencontrée par les établissements, la pratique étant la principale motivation des élèves.

Si l’accueil des apprentis a été variable pendant la durée du confinement, celui des stagiaires a été beaucoup plus difficile, les stages ayant été interdits pour les niveaux inférieurs au BTS.

Le contact avec les entreprises a toutefois majoritairement pu être maintenu.

La moitié seulement des établissements ont mis en place de nouveaux modes de promotion de leurs formations et d’aide à l’orientation, en particulier des journées portes ouvertes virtuelles, sites web enrichis, mailings et phonings individualisés, visite d’école sur rendez-vous, inscriptions en ligne…
Ils sont près de 50% à avoir des craintes pour leur recrutement de rentrée et la signature des contrats d’apprentissage.

Tous sont conscients des difficultés rencontrées par les entreprises dont ils sont à l’écoute des besoins. Ils les encouragent, malgré la crise, à accueillir dès la rentrée les jeunes en stage et en contrat d’apprentissage. Ils rappellent que la formation est un véritable investissement pour le futur et ne peut être de qualité que si les entreprises y participent.
Voir l’intégralité des résultats de l’enquête