Loc’Hebdo DLR – S20

image gauche S20 loc hebdo Édito de la semaine :

De la théorie à la pratique… La lutte du pot de terre contre le pot de fer… Diviser pour mieux régner… Faites ce que je dis, pas ce que je fais… 
Nombre de dictons existent pour décrire l’état d’esprit de cette semaine d’avant déconfinement :
communication de chartes éthiques, partenariales, présentée comme le St Graal.
Engagement préalable à toute commande, demandé à la profession par certains clients majors, sur le respect d’un référentiel Covid-19 sur les chantiers.
Mais…
Menaces non voilées de « blacklist » si maintien ou reprise de la facturation LMD et LLD.
Services comptables clients injoignables. 
Refus de certains clients de participer aux coûts justifiés de désinfection des matériels.

Remise en fonction des matériels de location sur chantiers, sans prévenir les loueurs…
Il reste du chemin à parcourir pour atteindre l’intelligence collective, mais nous allons y arriver ! 

N’oubliez pas : ensemble nous sommes plus forts !  

Joël Fruchart – Président de la Commission Location DLR



Le marché de la semaine n°19 (S19)

BTP : la reprise reste très compliquée, avec des situations complexes à gérer.
Situation variable d’une région à une autre, notamment entre la province et les grandes agglomérations. Les régions Ouest et Sud-Ouest semblent plus dynamiques.
Globalement, l’activité reprend doucement.
Reprise de certains clients en début de semaine, puis arrêt de nouveau, lié aux contraintes sanitaires imposées sur chantiers. 
Réservations de matériels confirmées puis annulées. 
Lisibilité des majors toujours compliquée.
Toujours des points de blocage de certaines activités clients sous la pression des riverains (façadiers, etc.)
Des contrôles administratifs et inspections sont effectués sur chantiers.
Certains secteurs d’activité BTP envisagent une reprise décalée de mai à juin.

Synthèse de l’activité BTP de la semaine 
La reprise à court terme des chantiers par les majors du BTP est toujours très compliquée.
–> L’attribution de nouveaux chantiers publics, ou privés, pour le second semestre 2020 et l’année 2021 demeure une vraie inquiétude.
Synthèse de quelques extraits d’articles parus cette semaine (S19) 

Le Moniteur – 06 mai : Bernard Sala, président de la fédération professionnelle Routes de France - À ce jour, nombre de chantiers sous maîtrise d’ouvrage publique restent toujours dans l'attente d'un redémarrage qui tarde à venir. « Nous sommes un secteur économique qui génère des frais fixes très importants. Or, fin avril, nous n'atteignons que 60 à 70% du niveau attendu d'après notre carnet de commande. Si les choses devaient perdurer, nos entreprises seront en danger » 
Bruno Cavagné, président de la FNTP, se dit également « inquiet » de voir des maires prendre des arrêtés pour empêcher la reprise ou le lancement de chantiers. « Le report des travaux est dangereux pour nos entreprises »
D’autres défis attendent les acteurs du BTP. La question des appels d’offres en fait partie : certains maîtres d’ouvrages réfléchissent déjà à insérer des clauses spécifiques relatives à la répartition des coûts engendrés par la pandémie. La reprise de l’activité a, en effet, introduit des surcoûts pour la plupart des chantiers en France. Les marchés doivent s’adapter en conséquence, et être repensés. 
Pas question pour autant de ralentir le rythme de la reprise, estime Bernard Sala. « Il faut remettre en route la machine des appels d’offres, faute de quoi une énorme dépression risque de se créer », prévient-il. 

Batiactu – 07 mai - interview Bruno Lemaire, ministre de l’Économie et des Finances : crise, reprise, surcoûts 
Batiactu : Avec plusieurs membres du gouvernement, vous avez réuni fin avril les acteurs du BTP pour comprendre les freins à la reprise de l'activité du secteur, et entendre leurs propositions pour faciliter la relance. Quelles pistes le gouvernement pourrait-il envisager de mettre en œuvre ?
Bruno Le Maire : Une mission est en cours pour analyser toutes ces propositions et fera ses recommandations au gouvernement dans les tous prochains jours. Notre volonté est de favoriser une reprise rapide et complète de l'activité du secteur.
Batiactu : L'une des principales préoccupations des entreprises de BTP concerne les surcoûts liés à la crise sanitaire et aux mesures à mettre en place. Qui doit les prendre en charge et comment les intégrer dans les contrats en cours ?
B.L.M. : Je suis ouvert à ce que nous travaillions sur des solutions, pour assurer une juste répartition entre les entreprises du BTP et les maîtres d'ouvrage, en fonction des situations. Dans le cadre des marchés de travaux publics, nous pouvons envisager que les maîtres d'ouvrage publics participent à la prise en charge des surcoûts liés à l'acquisition de matériel de protection sanitaire, à la nouvelle organisation des chantiers, aux problèmes de déplacement et d'hébergement.
"Je souhaite que l'État donne l'exemple."
Dans les contrats en cours et ceux pour lesquels une procédure est en cours, l'objectif est qu'il puisse y avoir une négociation de bonne foi, sur l'équilibre contractuel, en tenant compte des surcoûts qui ne pouvaient être chiffrés dans l'offre initiale. Je souhaite que l'État donne l'exemple. J'y travaille activement avec la ministre de la Transition écologique et solidaire Elisabeth Borne.

LOCATION 
Une majorité des agences sont ouvertes, en mode « drive » ou standard.
L’indicateur de démontage / remontage des grues à tour s’améliore très sensiblement.
Le taux de livraison est également en hausse sur le matériel d’élévation (nacelles).
L’activité des sanitaires et unités mobiles revient à son niveau quasi-normal, hormis dans l’évènementiel qui est toujours à l’arrêt.

Synthèse de la semaine 
–> La profession est prête, elle suit le rythme du BTP.
–> Le pilotage de l’activité demeure toujours affecté à la semaine, voire au jour. 


Tableau de bord de l’activité location pour l’ensemble de la profession 
Chiffre d’affaires de mai : il est trop tôt pour estimer le chiffre d’affaires du mois de mai, néanmoins la prévision est en hausse versus le mois d’avril. À noter des situations contrastées d’une entreprise à l’autre, qui plus est, influencées géographiquement en fonction des implantations (Paris et grandes métropoles versus province).

Relation clients S19 : le rapport de force se tend avec certains majors du BTP, apparition de menaces non voilées de la part de l’un d’eux vis-à-vis de petits loueurs (mise sur « liste noire »).
Le nombre de clients qui remettent en fonction les matériels de location sur chantier, sans prévenir les loueurs, est en hausse. Les mauvaises habitudes reprennent...

Recouvrement : pas de « catastrophe » à date, mais toujours une vraie inquiétude sur les échéances de fin mai et les mois suivants. Les « gisements » de litiges continuent de s’accentuer, certains majors s’organisent même dans ce sens pour décaler les paiements. Quelques dépôts de bilan à date, mais de l’avis général, point de vigilance à maintenir sous haute surveillance concernant la stabilité financière des PME dans les mois à venir (le risque de dépôts de bilan s’aggrave). 

Le médiateur des entreprises est très sollicité. (Voir article des Echos cette semaine)

Dégradation des cotations « assureurs crédits »
Une lettre cosignée DLR/EVOLIS/ARTEMA a été validée et devrait parvenir à « Bercy » et au Médiateur des entreprises dans les prochains jours.

Affaires Sociales
Pas d’annonce particulière pour cette semaine, les mises à jour sont effectuées régulièrement par l’équipe des affaires sociales au fil de l’eau, et diffusées aux adhérents DLR.

À la date du 11 mai, un sondage rapide au sein d’un échantillon de loueurs représentatifs, permet d’évaluer la reprise de travail des salariés entre 50 et 60% pour une majorité, de 60 à 85% pour les régions les moins touchées par le Covid-19, et de 100% pour les activités SUM (sanitaires unités mobiles) et l’ACIM (modules).

De manière générale, la communication avec les salariés demeure constructive, les équipes ont le moral et sont heureuses de reprendre le travail.

Les informations diffusées en boucle par certains médias, déforment la perception des salariés sur les enjeux de la crise sanitaire en cours.

Procédures opérationnelles en vigueur 
Pas de notification particulière, mais le rappel d’une consigne à respecter impérativement : ne rien lâcher sur les gestes barrières et vérification régulière de l’adéquation entre plans de prévention, DUER et PCA.

Le guide sanitaire DLR a été mis en ligne sur site de l’OPPBTP, rubrique « Autres métiers de la construction » :
 
La facturation des procédures de « désinfection matériels de location (départ/retour) » demeure toujours un sujet d’actualité, notamment la refacturation de son coût. Le niveau d’exigence au sein de la profession doit être en adéquation avec la prestation proposée, qu’elle soit facturée ou non…  


Préparation à la reprise d’activité
La profession doit reprendre la main sur la facturation des contrats LMD et LLD. Un communiqué de presse DLR a été rédigé dans ce sens le 04 mai. 
Notre profession ne doit plus être la variable d’ajustement 
de la rentabilité de nos clients.
Plus que jamais, la profession se doit d’être solidaire et crédible. L’union fait la force, la division l’affaiblit.

Le déconfinement risque d’être complexe, pour des raisons touristiques, il y a une vraie logique de « décontamination accélérée » le long du littoral français. La crainte que les gestes barrières soient vite oubliés du grand public. L’inquiétude d’une seconde vague de Covid-19 dans les semaines à venir, tous ces éléments sont présents dans les esprits et doivent être un « marqueur » à surveiller attentivement.

Le déconfinement a débuté ce lundi 11 mai, nous allons espacer un peu notre LOC’Hebdo, et vous donnons rendez-vous mercredi 27 mai pour le nouveau DLR LOC’Hebdo S22.


Bon courage et faites attention à votre santé, celles de vos proches et de vos collaborateurs.

Joël FRUCHART 
Président Commission Location DLR
Port : +33 6 07 08 31 31
Courriel : joel.fruchart5@gmail.com
U-mgdA2BMa4iL