image loc news 4
Compte tenu du contexte sanitaire, un T1 2021 qui s’est terminé correctement.
Néanmoins, la prudence reste de mise pour le T2 et le second semestre.
Hormis la boule de cristal, bien malin celui qui pourra s’engager fermement sur la durée !
Le moment présent demeure donc le meilleur indicateur pour la profession.

Le monde change, notre profession change.

La digitalisation s’accélère, la communication via les réseaux sociaux, qu’ils soient dédiés aux particuliers ou aux professionnels, s’envole. Les webinaires deviennent notre quotidien, les visioconférences remplacent les réunions en présentiel.

La transition environnementale, avec un objectif d’atteindre une neutralité carbone, est dans tous les esprits, accélérant les échanges entre les différents métiers, des fabricants de matériels aux grands acteurs du BTP et de la manutention, en passant par les loueurs.

Oui, la résilience de nos entreprises doit perdurer, mais agilité et adaptabilité sont désormais leur quotidien.

Joël Fruchart – Président de la commission Location DLR





Les dernières nouvelles du marché

Les remontées « du terrain » en ce début T2 - 2021-

L’activité bâtiment confirme avoir une dynamique assez soutenue. 
L’activité TP est globalement en retrait, avec quelques exceptions régionales sur la façade atlantique.
Les travaux concernés par les agglomérations « vertes » semblent se ralentir.
Les difficultés d’approvisionnement en matériaux deviennent sensibles pour les clients.
Il en va de même pour les délais de livraison des matériels neufs ou des pièces de rechange pour les loueurs. 


Données statistiques – sources FFB & FNTP

CONJONCTURE DU BÂTIMENT – LE NEUF à fin février 2021
La construction neuve continue de s’enfoncer dans la crise. Côté logement, après 357 000 unités commencées en 2020, la dégradation perdure, avec des ouvertures de chantier et autorisations qui se replient respectivement de 8,4 et 10,6 % en glissement annuel sur deux mois à fin février. En conséquence, la prévision pour l’année s’établit à seulement 307 000 logements mis en chantier, niveau rappelant dangereusement l’entrée en crise du début des années quatre-vingt-dix. Pour autant, l’amélioration constatée dans l’individuel montre que rien n’est encore inéluctable, sous réserve d’une forte mobilisation pour libérer les permis de construire. Côté non résidentiel, le tableau ressort encore plus sombre. En glissement annuel sur deux mois à fin février, les surfaces commencées et autorisées abandonnent 24,9 et 21,9 %, après respectivement -16,3 et -19,2 % en 2020. L’année se solderait sur 22,4 millions de mètres carrés de surfaces mises en chantier, plancher jamais atteint depuis 1986.

TRAVAUX PUBLICS – bulletin de conjoncture n°241- 08 avril 2021
Le secteur des travaux publics peine encore à retrouver son niveau d’activité d’avant crise. Sur les deux premiers mois de l’année, le niveau de facturation reste dégradé, de l’ordre de -11% par rapport à l’an dernier. La commande publique, un peu moins en retrait qu’en 2020, laisse entrevoir quelques signaux d’amélioration, surtout si elle venait progressivement à être renforcée par les premiers effets du plan de relance.



Tableau de bord de l’activité location généraliste

Estimation du chiffre d’affaires location généraliste

=> T1 - 2021 : réalisé entre 0% (mini -5%) et +3% (maxi +10%). 
=> Avril : la navigation à vue reste de mise, les vacances d’avril, liées aux gardes d’enfants, rendent incertaine, tant pour les clients que les loueurs, l’estimation du volume d’activité d’avril. La région IDF semble particulièrement touchée. La moyenne la plus optimiste se situe à un chiffre d’affaires égal à N-1.
=> T2 - 2021 : impossible à déterminer à date, la prudence reste de mise. 

Synthèse :

=> Un T1 qui est globalement d’un niveau correct.  
=> Des prix toujours soumis à forte pression.  
=> Pas de prévision « engagée » pour le T2 en cours, la prudence reste de mise avec un pilotage à vue et une vision arrêtée au moment présent.  
=> L’activité grues à tour est un paradoxe, entre une perspective d’installation de 8 à 10 mois, et un marché du bâtiment annoncé en régression par les professionnels.  
=> Le moral des membres de la commission Location n’est ni optimiste, ni pessimiste. 

Le moment présent demeure le meilleur indicateur (idem T1). 


Recouvrement
Bon maintien, voir excellent, sur ce T1. La prudence reste de mise et l’attention au recouvrement doit être maintenue. Quelques signes de défaillances constatés, à suivre au fil de l’eau.


Retour sur 2020 : dégradation du retour sur investissement
Le bilan de la location 2020, source ASTERÈS, indique que le retour sur investissement régresse fortement versus 2019, soit -5%.
La conjonction d’une valeur de parc à +1,8%, liée à une baisse du chiffre d’affaires location pure de 12,3 %, amène en partie à ce résultat.
Le graphique ci-dessous, reprend depuis 2011 une dégradation progressive de cet indicateur, qui est passé de 49% en 2011 à 33% en 2020. Ceci n’est donc pas lié à la crise actuelle.
La baisse du chiffre d’affaires et le maintien de la valeur de parc n’expliquent pas tout, la dégradation des prix de location en est en grande partie également responsable, à méditer par la profession…


Sujets d’actualité de l’activité location (source commission Location DLR du 16 avril 2021)

Management des équipes 
Une période de vacances identique pour toute la France, accompagnée des mesures liées aux gardes d’enfants, complexifie l’organisation des agences de location. 
Dans ce contexte, les collaborateurs sont fatigués, le turn-over et l’instabilité des équipes augmente, l’attention et l’accompagnement des personnels au quotidien demeure primordial. 
L’accentuation des campagnes de vaccination est très attendue par la profession.

Vols sur chantiers
La recrudescence des vols sur chantiers est toujours d’actualité, notamment en région parisienne, avec des vols de matériels à conducteur accompagnant chez plusieurs loueurs.
DLR rappelle qu’il existe une plateforme de pré-plainte en ligne du ministère de l’intérieur :

« Ras le vol » https://www.dlr.fr/fichiers/20210429094125_Declaration_vol_materiels.pdf
 

Projet plateforme de dématérialisation 

La phase de consultation auprès d’un panel de clients et loueurs, ainsi que des fédérations FFB et FNTP, touche à sa fin. Nous attendons un dernier entretien et une présentation en visioconférence auprès d’un club de clients composé de 11 ETI.

Le travail réalisé sur les hypothèses retenues et une approche ROI est globalement plébiscité.

Les sujets de gouvernance et de financement soulèvent beaucoup de questions.
Nous attendons très prochainement un retour des entreprises consultées sur deux questions clairement identifiées : 

=> Êtes-vous prêts à vous engager et à adhérer au projet ? 
=> En cas d'accord, êtes-vous prêts à participer au financement de celui-ci en effectuant une avance de trésorerie ? 
o Si oui, à quelle hauteur ?

Calendrier de suite des travaux du projet dématérialisation

=> Analyse des retours de consultation 
=> Finalisation d’un business plan en cours de réalisation par Euro group Consulting et DLR
Délai : fin mai.
=> Rencontre de quelques banques et fonds d’investissement pour présentation du projet. 
Délai : début juin.

=> Rencontre d’éditeurs de solutions informatiques suite à sollicitation de leur part 
Délai : fin mai. 

=> Synthèse globale du projet, accompagnée du business plan, des retours éditeurs qui ont sollicité DLR et financeurs sollicités par DLR, pour présentation au conseil d’administration DLR : 
Objectif : « Go » ou « No go » sur création du cahier des charges et lancement appel d’offres. 
Délai pour présentation au conseil d’administration – décision « Go » ou « No go » : fin juin au plus tard.


Divers

Argus nacelles
Sur la sollicitation d’EVOLIS (syndicat professionnel des constructeurs de matériels), une réflexion sur la création d’un argus nacelles est engagée ; nous vous tiendrons informés de la suite qui y sera donnée.

Autocollants « angle-mort »

Depuis le 1er janvier 2021, il est obligatoire de mettre en place la signalisation des angles morts pour les véhicules dont le poids total autorisé en charge (PTAC) est supérieur à 3,5 tonnes (arrêté du 5 janvier 2021).

Lors d’une communication du 16 février dernier, DLR indiquait que l’administration (la direction générale de l’énergie et du climat - DGEC), dans son interprétation du texte, estimait que les engins de TP étaient également soumis à cette obligation. 

Le 18 février, les fédérations DLR, FNTP et SEIMAT ont adressé une lettre au directeur de la DGEC pour faire valoir l’argumentation suivante : les engins de TP de catégorie II sont exclus de l’arrêté du 5 janvier 2021, puisqu’ils ne disposent pas de PTAC.

Le 19 mars, Monsieur Laurent Michel, directeur de la DGEC, a confirmé cette exclusion en réponse au courrier : « comme vous le soulignez, les matériels de travaux publics de catégorie II, n’étant pas soumis à réception au titre de l’article R 321-15 du code de la route, ils ne disposent pas d’un poids total autorisé en charge fixé par le service en charge des réceptions, et n’entrent donc pas dans le champ d’application du présent décret. Ainsi, je vous confirme que ces véhicules ne sont pas soumis à l’exigence de porter une signalisation matérialisant les angles morts. » 

DLR se tient à disposition pour tout renseignement complémentaire sur le sujet.

GNR

En 2020, DLR (avec l’ensemble des fédérations de la filière matériels) a participé à deux réunions animées par le ministère de la transition écologique pour préparer la fin du GNR pour les entreprises du BTP.

Pour rappel, les enjeux se situent autour de la lutte contre le vol et la concurrence déloyale. Il est donc question de pouvoir distinguer facilement le futur « carburant BTP ». 

Cependant, introduire un carburant coloré pose de nombreuses problématiques (de coût notamment). 3 scenarii avaient été identifiés : coloration par les pétroliers, coloration par les distributeurs, coloration par les utilisateurs finaux.

La dernière option avait été préférée par l’administration, en raison d’un coût a priori plus faible. 

La filière matériels a démontré toutefois que cette solution n’était en aucun cas envisageable (produit dangereux, gestion des déchets, sécurité Hommes et machines, etc.).
D’autres solutions doivent être étudiées. A l’issue de la deuxième rencontre, le 28 septembre 2020, les différentes organisations professionnelles ont demandé une nouvelle réunion.

A ce jour, le ministère de la transition écologique n’a pas produit de nouvelles convocations. 


Retrouvons-nous !! 


DLR vous convie à nous retrouver pour dîner tous ensemble le mercredi 23 juin à 19h30, à Beaune, sur le site des JDL EXPO, le salon européen des matériels pour le travail en hauteur, la manutention, le levage et le transport lourd.
 
Après des mois sans pouvoir nous rencontrer entre professionnels (annulation des deux derniers congrès DLR annuels, des rencontres régionales, de la Journée des métiers), vous êtes très nombreux à nous demander un évènement convivial qui permette simplement de… se retrouver entre gens de la profession.
 
Alors profitons des JDL EXPO 2021 pour y dédier un espace réservé à votre accueil autour d’un verre et d’un dîner !
 
Cette soirée nous permettra aussi de saluer et remercier Bertrand Carret qui viendra juste de quitter la présidence de DLR qu’il a assurée ces cinq dernières années, ainsi que d’accueillir et féliciter son successeur tout juste élu quelques semaines auparavant.
 
C’est pourquoi nous vous convions dès aujourd’hui à vous inscrire à ce dîner festif qui a pour principale vocation de permettre, enfin, aux professionnels des matériels de construction et manutention, de se retrouver pour la première fois depuis 18 mois.
Télécharger les infos pratiques et le bulletin d’inscription :
https://www.dlr.fr/fichiers/20210415120430_dinerDLR_JDL_230621_.pdf



Prochaine DLR LOC’ News : juin 2021

N’hésitez pas à revenir vers DLR pour toute information complémentaire.

Faites attention à votre santé, celles de vos proches et de vos collaborateurs !

Joël FRUCHART 
Président commission Location DLR
Port : +33 6 07 08 31 31
e-mail : joel.fruchart5@gmail.com
U-mgdA2BMa4iL