Evolution de la conjoncture - Baromètre conjoncturel T1-2022

barometre DLR petit 2017 Edito de Nicolas BOUZOU / ASTERES

Comment faire face aux vents contraires ?

L’activité des entreprises de la fédération DLR reflète le retournement de conjoncture observé début 2022.
L’activité globale des trois métiers a été moins dynamique au premier trimestre 2022 qu’elle ne l’a été fin 2021, avec, pour le matériel de BTP, un retournement dans la distribution (+34,8% au T4 2021 en variation trimestrielle contre -11,5% au T1 2022) et une stagnation dans la location (environ +4% sur les deux derniers trimestres), et une contraction dans le secteur du matériel de manutention (+7,2% au T4 2021 en variation trimestrielle contre -4,6% au T1 2022. Ce résultat s’inscrit dans la suite logique des difficultés auxquelles fait face l’économie française depuis le début de l’année.

L’ensemble de l’économie française fait face à des vents contraires. Le PIB français s’est contracté de -0,2% au premier trimestre 2022, après avoir très bien rebondi en sortie de crise sanitaire. La guerre en Ukraine est clairement le principal frein à la croissance, en pesant simultanément sur plusieurs facteurs : flambée des prix de l’énergie (et dans une moindre mesure de l’alimentation), difficultés d’approvisionnement accrues, pertes de marchés en Ukraine et en Russie. Les confinements en Chine, qui impactent les approvisionnements comme les exportations, sont également un obstacle à la croissance, quoique bien moins fort que la guerre en Ukraine.

La hausse des prix, tant sur la production que sur la consommation, est la principale difficulté à laquelle fait face l’économie française. Alors que, depuis une dizaine d’années, l’inflation semblait définitivement appartenir au passé, le violent rebond actuel des prix nous apprend qu’il n’en est rien. En mai, l’inflation a atteint 5,2%, et devrait se maintenir au-dessus de 5 % dans les prochains mois. La hausse des prix est encore plus violente pour les producteurs : en mars, les prix de production de l’industrie ont bondi de 24,4 % en glissement annuel. Les entreprises n’ont pas pleinement répercuté ces hausses sur les consommateurs, ce qui laisse penser que l’inflation pourrait se poursuivre.

Ces problèmes de hausse des coûts se répercutent sur les trois métiers. Les hausses de coûts et l’allongement des délais de livraison sont perçus par les chefs d’entreprise des trois métiers comme étant d’importants freins à l’activité. Ces deux problèmes sont d’ailleurs liés l’un à l’autre : les acheteurs sont prêts à payer plus cher pour être livrés plus rapidement. Les difficultés d’approvisionnement traduisent une offre insuffisante, facteur évident de hausse des prix.

Les entreprises des trois secteurs doivent sécuriser leurs approvisionnements. Alors que ces dernières décennies avaient été caractérisées par des stratégies de baisse des stocks, de flux tendus et d’approvisionnements aux meilleurs prix dans le monde entier, la crise sanitaire puis la guerre en Ukraine ont montré la fragilité de cette organisation. Les entreprises des trois métiers DLR doivent réfléchir à une sécurisation des approvisionnements, même si cela implique des coûts un peu plus élevés du fait d’une hausse des stocks ou d’une diversification accrue des fournisseurs.


Chiffre d’affaires au T1-2021 - Variation annuelle

Distribution : +10,7 %
Location : +8,8 %
Manutention : -1,3%

PS : le baromètre complet est réservé aux membres de DLR