PUBLICITÉS

        

SOMMAIRE NEWSLETTER JANVIER 2020


VIE DE LA FÉDÉRATION

• DLR Mag 20/21

MAINTENANCE-SÉCURITÉ-ENVIRONNEMENT-QUALITÉ
• Communiqué DLR - CNO : 3 entreprises membres, 3 réalisations, 3 financements

MÉTIERS
• Webinaire DLR – CG Conseil : L’impact du numérique sur vos métiers

ÉCONOMIE DE LA PROFESSION
• Banque de France : Le point sur la conjoncture nationale et en Ile-de-France à fin décembre 2020
• Lettre Codinf de janvier 2021

PROMOTION DES MÉTIERS
• Module Emploi 3MTPM : d’ores et déjà un franc succès !
• L’ASDM* habilitée à percevoir la taxe d’apprentissage
• Les métiers de la maintenance des matériels en ce moment sur RTL…

MEMBRES PARTENAIRES
• La construction modulaire, bien plus que vous imaginez !
• Assurance décennale et location de modules
• L’UFL met à jour les textes de ses conditions générales

AUTOUR DE NOUS
• Construction de logement (1) : résultats à Novembre 2020
• Les Travaux Publics moins affectés par le deuxième confinement
• L'essentiel de l’activité Construction & Entretien-Rénovation en Occitanie
VCERC Occitanie : Transition énergétique et bâtiment durable

A L'INTERNATIONAL
• Remise des trophées de l'ESTA en ligne le 22 avril 2021

NOMINATION
• L'Unicem Bretagne nomme sa nouvelle Secrétaire générale

CONFÉRENCES - SALONS - EXPOSITIONS
• BAUMA CTT Russia : Rejoignez nous !
• Le Mondial du bâtiment se refait une santé pour 2022
• L’édition d’INTERMAT 2021 est reportée au mois d’avril 2024

LU DANS LA PRESSE
• Chantiers de France – Construction Cayola – BFM Business...


Les voeux du président en vidéo !
Voeux news
Bertrand CARRET, président de DLR, Hervé Rebollo, délégué général, ainsi que les membres du Conseil d'administration et l'équipe des collaborateurs vous adressent leurs voeux d'excellente année.





Visionner la vidéo


VIE DE LA FÉDÉRATION

DLR Mag 20/21
DLR MAG 2020-21 logo news
La nouvelle formule du magazine annuel de la fédération dresse le bilan d’une année « atypique » sur bien des plans et saura, à n’en pas douter, faire oublier le léger retard de parution lié à la situation sanitaire… 
Dossier complet consacré à l’impact de l’épidémie de COVID-19 sur la profession et son environnement, vie des régions, des métiers (Distribution, Location, Manutention, Grues à tour, Sanitaires et Unités Mobiles - SUM) et des syndicats partenaires (ACIM, SPMDG, UFL) représentés par la fédération, mais aussi les actions menées en matière de Lobbying, Promotion des métiers, Social, Maintenance Sécurité Environnement Qualité, Services, International, qui y sont également largement relayées. Ponctué de nombreuses interviews, ce magazine est plus proche des professionnels que jamais, notamment avec son nouveau cahier consacré à la vie des entreprises. 
À ne pas manquer : le dossier spécial « Dématérialisation des documents commerciaux » qui va plonger les lecteurs au cœur des enjeux à très court terme de digitalisation des métiers de loueurs / distributeurs. 

Pour recevoir un exemplaire supplémentaire, faire la demande par mail : contact@dlr.fr

MAINTENANCE-SÉCURITÉ-ENVIRONNEMENT-QUALITÉ

Communiqué DLR - CNO : 3 entreprises membres, 3 réalisations, 3 financements
CNO
La fédération DLR a signé le 1er mars 2019 avec la CNAM une Convention Nationale d’Objectifs fixant un programme d’actions de prévention spécifique aux activités de distribution, location, réparation de matériel de bâtiment, travaux publics et manutention (CNO DLR) pour la période 2019-2023. Cet accord se traduit par un dispositif d’aides financières apportées aux entreprises de la profession (codes risques 515 FA, 516 NC et 516 KC), comptant moins de 200 salariés et souhaitant s’engager en prévention et améliorer les conditions de santé et de sécurité au travail.

Ces aides, versées par les caisses régionales d’assurance maladie, s’appliquent, notamment, aux démarches ciblant un certain nombre de risques : exposition aux agents chimiques dangereux (gaz d’échappement, solvants...), troubles musculo-squelettiques (TMS), manutentions manuelles...

Trois entreprises membres de la fédération ont d’ores et déjà pu bénéficier de cette CNO.
Lire la suite du communiqué

MÉTIERS

Webinaire DLR – CG Conseil : L’impact du numérique sur vos métiers
CG conseil news
Le jeudi 28 Janvier à 11h00, DLR et CG Conseil organiseront un webinaire sur l'impact du numérique sur les métiers de la distribution, location et réparation.
Depuis quelques années, on observe une évolution profonde de la diffusion du numérique dans l’économie. Le numérique traverse désormais tous les secteurs, de façon massive et rapide. La diffusion du numérique dans l’activité des adhérents DLR est impulsée par différents facteurs qui se situent aussi bien au niveau des entreprises elles-mêmes que de leurs clients : matériels et équipements distribués, loués et réparés, nouveaux entrants qui viennent se placer au cœur de la chaîne de valeur, clients dont les pratiques de consommation changent, évolutions technologiques touchant les outils de travail et de gestion,…
Ce webinaire s’attachera à répondre aux questions que pose la transformation numérique dans votre secteur, à partir des résultats d’une étude conduite à l’initiative de l’Observatoire prospectif des métiers et des qualifications de la branche SDLM, dont DLR est partie prenante : 

• Quel état des lieux des technologies et innovations numériques dans notre secteur ? 
• Quel niveau de maturité numérique de nos entreprises ? 
• Quels impacts de la transformation numérique sur nos entreprises, nos métiers et les compétences des collaborateurs ?

ÉCONOMIE DE LA PROFESSION

Banque de France : Le point sur la conjoncture nationale et en Ile-de-France à fin décembre 2020
BDF 3
Nonobstant les dernières dispositions prises par le gouvernement le16 janvier dernier, l’enquête mensuelle de conjoncture menée par la Banque de France auprès de 8 500 entreprises, tous secteur confondus, montre que l’activité s’est partiellement redressée sur l’ensemble du mois de décembre par rapport à novembre. Mais tous les secteurs ne sont pas logés à la même enseigne.

Cette amélioration concerne principalement le secteur des services qui avait été le plus affecté par le nouveau confinement de novembre, même si la disparité entre ses différentes branches de marché (hébergement, restauration…) reste encore forte. 

Pour sa part, l’industrie a connu une légère progression, voire stabilité à l’exemple de l’activité dans le bâtiment, proche de son niveau d’avant-crise. Au total, la Banque de France estime à -7 % la perte de PIB sur le mois de décembre par rapport au niveau d’avant-crise, soit une situation un peu moins dégradée qu’anticipé le mois dernier (-8 %) et nettement moins qu’au mois de mai dernier, dans la précédente situation de semi-confinement (-17 %). 

Notre estimation de la contraction du PIB au 4e trimestre 2020 par rapport au trimestre précédent est de -4 %, ce qui laisse inchangée à -9 % la baisse du PIB en moyenne annuelle pour 2020.

Quid du mois de janvier 2021 ? Les perspectives exprimées par les chefs d’entreprises font état d’une stabilité de l’activité aussi bien dans l’industrie que dans les services et le bâtiment. La perte de PIB par rapport au niveau d’avant-crise resterait donc autour de -7 %... A moins que les mesures sanitaires anti-Covid prises par le gouvernement le 15 Janvier 2021, ne viennent compromettre de telles perspectives, notamment dans les activités de service qui d’un mois à l’autre se voient contraintes, de gré ou de force, de surseoir à leurs activités commerciales. « Janvier devrait marquer un palier, mais à l'inverse nous n'attendons pas que le durcissement horaire du couvre-feu dans certains départements  n’ait ce mois-ci un coût économique significatif », a commenté François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France, devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale.

La Conjoncture en Ile-de-France
S’agissant de l’économie francilienne, cette dernière s’est en partie redressée en décembre 2020, rebond qui concerne principalement l’industrie. Si les niveaux d’activité ont progressé, ils se situent néanmoins à dix points en-dessous de la normale, avec une hétérogénéité entre les différents secteurs.

Concernant les services marchands, également impactés par les mesures sanitaires à des degrés divers, la région reste en revanche plus sévèrement touchée. Notamment en raison du poids du secteur Hébergement-Restauration affecté plus que d’autres par les mesures sanitaires drastiques mises en œuvre par les pouvoirs publics. 

Dans ces services marchands, on note cependant des niveaux d’activité légèrement supérieurs à ceux enregistrés en novembre, tout en restant extrêmement dégradés.

Faute de visibilité sur l’évolution de l’épidémie et son impact sur l’économie francilienne, les chefs d’entreprise tablent sur une stabilisation de leurs activités au cours du mois de janvier, d’autant que les carnets de commandes restent peu garnis dans de nombreux secteurs, notamment dans le bois-papier-imprimerie, la métallurgie et l’agroalimentaire.

Connaître la conjoncture économique de votre région (décembre 2020) :
Conjoncture de décembre 2020
Lettre Codinf de janvier 2021
lettre codinf news
• édito de ce début d’année 
• présentation Altares lors des assises des délais de paiement du 15 décembre 
• brexit
• force majeure 
• pénalités de retard de paiement dans l’UE concernant les créances commerciales transfrontalières
• commission d’examen des pratiques commerciales
• retards de paiement fournisseurs sanctionnés par la DGCCRF (suite)
• présence du Codinf auprès des organismes partenaires



Rejoindre la plateforme "DLR-CODINF Prévention Recouvrement" réservée aux membres DLR
Tarif forfaitaire de 50 € HT annuel (membres DLR)
Télécharger la fiche de présentation

L'ensemble des services DLR-CODINF :
 
• vérifier la présence d’incidents de paiement remontés par les adhérents de DLR déjà affiliés au CODINF à travers leur comité dédié (DLR-CODINF) – près de 3000 incidents déposés par les adhérents DLR dans les 24 derniers mois  ;
 
• déclarer les incidents et retards de paiement clients afin d’alimenter la base collective du CODINF et de prévenir les confrères des difficultés de paiement de certains clients ;
 
• bénéficier d’une offre spéciale et sans engagement du partenaire Ellisphere en renseignement commercial en ligne. Ellisphere propose en effet le doublement de tout forfait de surveillance sous la plateforme en ligne CODINF ELLISPHERE (dans la limite de 600 €) afin de permettre de suivre la santé financière d’un maximum de partenaires commerciaux (clients et fournisseurs) ;
 
• bénéficier des services de relance des impayés au travers d’un forfait de 30 lettres de relance gratuites à l’en-tête de DLR - CODINF, mais aussi du service de mise en demeure, d’injonction de payer et de recouvrement contentieux ;
 
• répondre aux demandes d’investigation grâce à une équipe d’enquêteurs sur certains clients existants ou en cours d’acquisition notamment lorsque l’encours ou les commandes sont importantes ;
 
• bénéficier gratuitement des services d’un formateur – conseil en crédit client Bruno Blanchet - pour aider à faire face aux situations inédites (prise de commande inhabituelle, réduction de couverture assurée, demande de délai supplémentaire ou établissement de moratoire).

PROMOTION DES MÉTIERS

Module Emploi 3MTPM : d’ores et déjà un franc succès !
3MTPM pic
Le 1er décembre dernier, DLR lançait, en partenariat avec EVOLIS et SEIMAT (représentant les constructeurs d’engins), le volet Recrutement du site de présentation des métiers et formations de la maintenance des matériels de construction et de manutention, www.3MTPM.com
Réservé aux adhérents des 3 organisations professionnelles, ce nouvel espace, mis gratuitement à leur disposition, a pour vocation de les accompagner dans leurs recherches de profils et leurs futurs recrutements. 

Preuve de l’immense succès d’ores et déjà rencontré par cette nouvelle offre à leur service et gage de son adéquation avec leurs attentes : ils sont déjà nombreux à s’en être emparé, avec près d’une centaine d’annonces déposées par leurs services en à peine un mois ! 

Les entreprises peuvent bien sûr continuer à y déposer, au quotidien, l’ensemble de leurs offres : offres d’emploi bien sûr, mais également d’alternance et de stage, que ce soit pour des postes techniques ou pour leurs autres services (commercial, magasin, administratif). Les annonces peuvent être réactivées, à l’issue de la période d’affichage choisie par le recruteur (30, 60 ou 90 jours), s’il n’a toujours pas trouvé le/la candidat/e recherché/e. 

Il est donc désormais temps de communiquer auprès des écoles, de la presse et des prescripteurs en charge de l’accompagnement des personnes en recherche d’emploi et d’orientation, afin que les candidats/es soient, eux/elles aussi, rapidement au rendez-vous. 

Les lycées professionnels et CFA formant à la maintenance des matériels de construction et de manutention sont d’ailleurs invités, eux aussi, à accéder à ce nouvel outil avec leurs élèves, apprentis, actuels et anciens, qui y trouveront de belles opportunités de carrière, mais aussi pour y déposer leurs propres annonces et recherches d’enseignants et de formateurs. 

Pour tout renseignement ou création de compte, rendez-vous sur le site https://www.3mtpm.com/espacepro/job/ ou contacter Florence Dupont : f.dupont@dlr.fr).
L’ASDM* habilitée à percevoir la taxe d’apprentissage
asdm TA
L’habilitation de l’ASDM (Association des Syndicats de la Distribution et de la Maintenance des matériels de construction, de manutention, agricoles et d’espaces verts) à percevoir une part de la taxe d’apprentissage des entreprises vient d’être reconfirmée par les ministères du travail et de l’éducation nationale (arrêté du 22 décembre 2020, paru au JO du 29/12/2020), qui reconnaissent ainsi la qualité et l’intérêt des actions menées depuis de nombreuses années au plan national par l’association de promotion des métiers et formations de la maintenance des matériels.

Les entreprises (sauf en Alsace et en Moselle) doivent en effet s’acquitter, d’ici le 31 mai 2021, du versement du solde de 13% de leur taxe d’apprentissage et ce, quel que soit leur effectif. Versé sous forme de subventions directes, ce solde est destiné à des dépenses libératoires afin de favoriser le développement des formations initiales technologiques et professionnelles (hors apprentissage) et l’insertion professionnelle. Peuvent donc ainsi en bénéficier : 

- l’ASDM (Association des Syndicats de la Distribution et de la Maintenance des matériels de construction, de manutention, agricoles et d’espaces verts) : créée et composée de DLR, la FNAR et le SEDIMA, l’ASDM représente ces professions, sur le terrain, auprès des établissements de formation et conseils régionaux, ainsi que dans les salons et forums des métiers. Elle développe pour cela de nombreux outils de communication (réseaux sociaux, site internet, affiches, plaquettes…) afin de faire découvrir au jeune public les métiers de la maintenance des matériels, les formations qui y préparent et d’attirer ainsi de nouveaux talents vers les entreprises de la profession. Elle participe également à l’organisation du Concours général et des Olympiades des métiers/WorldSkills, compétitions contribuant, par leur niveau d’excellence et leur impact médiatique, à faire connaître les métiers et à valoriser la qualité de la formation. 

Les versements des entreprises de la profession sont indispensables pour permettre à l’ASDM de continuer à promouvoir, au mieux, les métiers et formations de la maintenance des matériels et à réaliser ses actions. 


les lycées professionnels formant aux métiers de la maintenance des matériels de construction et de manutention, au titre de la prise en charge de "frais de premier équipement, de renouvellement de matériel existant et d’équipement complémentaire",

- éventuellement les CFA (mais exclusivement sous forme de dons en nature d'équipements et de matériels conformes aux besoins des formations dispensées).
Les métiers de la maintenance des matériels en ce moment sur RTL…
RTL pic spot meters
Une nouvelle campagne de promotion des métiers de la maintenance des matériels est actuellement en cours de déploiement dans le cadre de l’AGEFIDIS, association de gestion des fonds du dialogue social de la branche SDLM. Affichage dans les gares des (anciennes) régions Loire-Atlantique, Midi-Pyrénées et Nord, et bientôt vidéos jeunes/orientation sur YouTube, mais aussi, du 11 au 23 janvier, spot radio (20") sur RTL consacré à la reconversion dans les métiers de la maintenance des matériels de construction et de manutention, diffusé en alternance avec celui consacré à la maintenance des matériels agricoles et d’espaces verts selon la programmation définie.

MEMBRES PARTENAIRES

La construction modulaire, bien plus que vous imaginez !
ACIM hors site
L’ACIM (syndicat professionnel des Acteurs de la Construction Industrialisée et Modulaire), qui regroupe désormais 50 membres, 4 000 salariés et représente 1 milliard de CA en 2019, poursuit la promotion des solutions et de la construction modulaire !

Aussi, quoi de mieux pour débuter cette nouvelle année 2021, qu’un film qui illustre les possibilités infinies proposées par les acteurs de cette filière en plein boom ?

Car si ce secteur est encore méconnu (1% du marché du BTP en France), il est aujourd’hui en pleine expansion, avec un gros potentiel de développement pour les années à venir, les solutions proposées offrant de nombreuses qualités : 

délais de livraison plus courts que dans le bâtiment traditionnel ;
réduction des nuisances (fabrication en usine en amont) ;
bilan carbone réduit avec la réutilisation des constructions et la réversibilité de l’usage (du bureau au logement), s’inscrivant ainsi dans le développement durable et l’économie circulaire ;
esthétique.

On le rencontre dans l’industrie, l’éducation, le commerce, l’évènementiel, la résidence étudiante, la santé, le BTP, les collectivités locales…

Ce film institutionnel s’adresse aux décideurs économiques et institutionnels, prescripteurs, bureaux d’études, architectes, acheteurs (privés, publics et prescripteurs publics), dirigeants de TPE, PME et PMI…mais aussi au lectorat de la Newsletter DLR !

https://www.youtube.com/watch?v=rZCEZR0Ze1Y&feature=youtu.be


Assurance décennale et location de modules
assurance decennale acim
La souscription d’une assurance décennale peut-elle être exigée des loueurs de modules (par leurs clients notamment) ?
 
C’est pour répondre à cette question, pour affirmer sa doctrine et fournir aux professionnels de la location de solutions modulaires tous les arguments utiles à la défense de leurs intérêts que l’ACIM, syndicat professionnel des Acteurs de la Construction Industrialisée et Modulaire, a souhaité en faire une analyse précise.

Rédigée par des juristes spécialisés dans le droit de la construction, connaissant particulièrement bien l’ACIM et les activités et services des acteurs du modulaire, la note apporte un éclairage très intéressant de l’écosystème dans lequel se positionne cette question et y répond parfaitement.

Face aux demandes fréquemment adressées aux loueurs de modules de souscrire une assurance décennale, ce document rappelle le cadre juridique de la location de modules, excluant la soumission à la responsabilité décennale du simple loueur. 

Télécharger la note sur le site internet de l’ACIM : 
http://www.acim.pro/note-garantie-decennale/
L’UFL met à jour les textes de ses conditions générales
UFL
Afin de préserver les intérêts des entreprises de levage en sécurisant leurs contrats, l’Union Française du Levage vient de mettre à jour ses conditions générales de location (CGL) et de prestations (CGV) en y introduisant le risque pandémique qui ne pourra ainsi plus servir de prétexte aux clients pour dénoncer un contrat signé par eux.



 • pour les CGL, au point 3.3.
http://www.uflevage.fr/sites/uflevage.fr/files/cgv_location_decembre_2020.pdf

• pour les CGV, un point 8.2.4.
http://www.uflevage.fr/sites/uflevage.fr/files/cgv_prestation_levage_decembre_2020.pdf

AUTOUR DE NOUS

Construction de logement (1) : résultats à Novembre 2020
construction bis
Rebond ou pas rebond ?... Toujours est-il que les derniers chiffres officiels de la construction de logements rendus public fin décembre 2020, font état d’une amélioration sensible de l’activité, ce qui laisse présager un redressement pour les mois à venir…

Selon le service des statistiques du gouvernement, de septembre à novembre, les autorisations de logements se sont nettement redressées à +18,7% par rapport à la période de juin à août 2020. Sur l'ensemble des trois mois, le nombre de logements autorisés est toutefois resté inférieur de 10,9% à la moyenne des trois mois précédant le premier confinement, et de 4,6% à la moyenne des douze mois précédents.
Sur les trois mois de la rentrée, les logements commencés sont eux en repli de 8,6% par rapport aux trois mois précédents. Toutefois, cette période de juin à août avait connu un nombre particulièrement élevé d'ouvertures de chantier (+6,1%) par rapport à la moyenne de décembre 2019 à février 2020), explique le service statistique.

Ainsi, les logements commencés de septembre à novembre sont estimés à un niveau inférieur de 3,1 % à la moyenne des trois mois précédant le premier confinement, et de 0,3 % à la moyenne des douze mois précédents.

Sur un an, de décembre 2019 à novembre 2020, 389 000 logements ont été autorisés à la construction, soit 51 500 de moins qu'au cours des douze mois précédents (-11,7 %). Dans le même temps, on estime que 381 900 logements ont été mis en chantier, soit 24 200 de moins (-6,0 %) que dans les douze mois précédents.

Construction de locaux à fin novembre 2020
De septembre à novembre 2020, les enregistrements d'autorisations à la construction de locaux non résidentiels s’élèvent à 10,3 millions de m² et sont en baisse (-3,0 %) par rapport aux trois mêmes mois de l'année précédente. Cette décroissance serait plus marquée (-7,1 %) sans la récupération tardive de quatre gros permis logistiques en région Centre-Val de Loire. L'évolution en glissement annuel est moins favorable que sur la période d'août à octobre 2020 (+2,9 % par rapport à la même période de l'année précédente, -1,6 % sans les quatre permis reçus en retard susmentionnés)

Sur les trois derniers mois, 7 millions de m² de mises en chantier de locaux non résidentiels ont été enregistrés, soit une forte baisse de 14,0 %, plus marquée que celle observée d'août à octobre 2020 (-4,7 %) par rapport à la même période de l'année précédente. En un an, de décembre 2019 à novembre 2020, 34,7 millions de m² de locaux non résidentiels ont été autorisés à la construction, en forte baisse (-17,1 %) par rapport aux douze mois précédents. Durant cette même période, avec 23,9 millions de m², les enregistrements de mises en chantier ont également nettement reculé (-16,2 % par rapport aux douze mois précédents).

(1) Avertissement : les estimations des mises en chantier sont plus fragiles que d’habitude du fait des perturbations liées à la crise sanitaire de l’activité et de la collecte dans la base Sit@del2 (remontées tardives de certaines données). La méthode a dû être adaptée pour s’ajuster à ces perturbations. Dans ce contexte, les estimations des mises en chantier présentées en cette période peuvent donner lieu à des révisions plus importantes qu’avant la crise sanitaire.
Les Travaux Publics moins affectés par le deuxième confinement
logo FNTP
La possibilité pour le secteur des travaux publics de continuer à travailler lors du confinement de l'automne 2020 a permis de relativement préserver son activité. Les indicateurs restent cependant encore bien en dessous de leur niveau de 2019. Aussi, l'activité s'est poursuivie, et le montant des facturations a même légèrement progressé par rapport au mois précédent (+3,2% en données désaisonnalisées, précise la FNTP). Malgré tout, à fin novembre, le niveau des travaux réalisés restait encore très inférieur à celui de novembre 2019 (-10,4%). En cumul depuis le début de l'année, il est en recul de 13,7%.
L'essentiel de l’activité Construction & Entretien-Rénovation en Occitanie
construction CERC
En Occitanie, les mises en chantier, qui reflètent l’activité du bâtiment, se sont effondrées depuis le début de la crise sanitaire même si l’on a pu remarquer une tendance à la hausse au cours des mois de juin-juillet 2020, selon l’Observatoire trimestriel (Décembre 2020) de la Cellule Économique Régionale de la Construction (CERC).

Le segment individuel pur semble légèrement moins touché que les segments collectifs ou individuels groupés, la reprise des chantiers de maisons individuelles a été plus rapide pendant et après confinement. La dynamique est identique dans le non résidentiel, avec une chute brutale des mises en chantiers pendant le confinement. 

De la même façon, les activités entretien-rénovation marquent le pas avec une inflexion globale de – 2,7%. Au final, les chiffres d’affaires cumulés des entreprises du secteur affichent un recul de 8,4 %.
 
Dans les travaux publics, après une année 2019 dynamique, la situation s’est dégradée dès le début 2020. Le solde d’opinion des chefs d’entreprise chute de 77 points au 2ème trimestre 2020, marqué par les semaines de confinement. 

A retenir…

. Logements autorisés à fin octobre 2020 : 41 700 unités (-14,8%)
. Logements mis en chantier : 40 500 unités (-9,6%)
. Mises en vente de logements : 10 365 (-9,6%)
. Surfaces de locaux autorisés : 3 124 millions/m2 (-13,9%)
. Surfaces de locaux mis en chantier : 1 931 millions/m2 (-15,7%)
. Evolution de l’activité (en volume) « Entretien-Rénovation » au 3ème trimestre par rapport au trimestre 2019 : -2,7% (-0,2% en logements – 9,1% en locaux non résidentiels)

A noter dans vos agendas : La 3ème édition des Assises nationales du logement et de la mixité urbaine se tiendra à Paris le 18 février prochain au Palais d’Iéna, en présence de la Ministre chargée du Logement, Madame Emmanuel Wargon.

Pour + d’infos : www.cercoccitanie.fr
CERC Occitanie : Transition énergétique et bâtiment durable
CERC occitane logo
Depuis 2010, la CERC Occitanie réalise un bilan annuel sur la prise en compte des enjeux énergétiques et environnementaux dans le Bâtiment, qu’il s’agisse de construction neuve ou de rénovation. 

Par rapport à l’année dernière, ce bilan annuel a été enrichi de nouveaux indicateurs et de nouvelles connaissances acquises par la CERC au travers de différents partenariats. 

Un partenariat régional : La CERC Occitanie et la Région ont renforcé leur partenariat au travers d’une convention annuelle, également soutenu par l’Etat. Dans ce cadre, la CERC informe les différents acteurs économiques de la construction publics ou privés au travers de ses travaux.

Le bâtiment, un secteur prioritaire de la politique environnementale nationale : Le secteur du bâtiment est au cœur de la politique environnementale nationale, car il contribue à l’atteinte de l’objectif de neutralité carbone d’ici à 2050. Le gouvernement vise ainsi à réduire la consommation énergétique du secteur du bâtiment de 28% d’ici 2030, et obtenir sa décarbonation quasi complète d’ici 2050. 

Outre la mise en place d’une future réglementation environnementale pour la construction neuve, le gouvernement s’est ainsi fixé plusieurs objectifs en matière de rénovation énergétique des bâtiments existants :

 - la rénovation énergétique de 500 000 logements par an, dont la moitié occupée par des ménages aux revenus modestes ; sur ces 500 000, l’État prévoit la rénovation complète d’ici à 2028 des 7 à 8 millions de passoires thermiques (étiquettes F et G du DPE) habitées par des foyers propriétaires à faible revenu. Parallèlement, 100 000 logements sociaux devront être rénovés chaque année.

 - l’obligation progressive pour tous les bâtiments tertiaires de plus de 1 000 m² de diminuer leur consommation énergétique de 40 % d’ici 2030, 50 % d’ici 2040 et 60 % d’ici 2050. L’atteinte de ces objectifs pousse les pouvoirs publics à redéfinir leurs politiques publiques, notamment en matière d’accompagnement des ménages vers la rénovation énergétique de leurs logements, et à redessiner les dispositifs d’aide existants pour plus d’efficacité. 

Le plan de relance exceptionnel a été lancé le 3 septembre 2020. Le volet de la rénovation énergétique est renforcé au travers des mesures suivantes :

 - Amplifier l’efficacité des aides à la rénovation des bâtiments privés en rehaussant de 2 milliards d’euros le budget MaPrimeRénov’ ;

 - Investir massivement dans la rénovation énergétique des bâtiments publics de l’Etat pour une enveloppe de 4 milliards d’euros ;
 
 - Accompagner la restructuration lourde de logements sociaux et leur rénovation énergétique (500 millions d’euros).

Dernière heure : Emmanuel Macron écarte l’obligation de travaux de Rénovation au niveau national. Devant les membres de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) du 14 décembre dernier, le président de la République vient d'écarter, « pour le moment », l'introduction d'une obligation de travaux de rénovation énergétique (…). Il rouvre la piste du tiers-financement qui permettrait à des tiers-financeurs tels que la Caisse des dépôts, les réseaux bancaires et d'assurance, les acteurs de l'énergie, de participer au financement des rénovations globales de toutes les passoires thermiques d'ici à 2030… 

A L'INTERNATIONAL

Remise des trophées de l'ESTA en ligne le 22 avril 2021
esta award neutre
Suite à l'annonce de l'annulation d'Intermat en avril prochain, l'ESTA prévoit d'organiser la remise des trophées le 22 avril 2021 sous la forme d'un événement en ligne, en attendant de pouvoir célébrer les vainqueurs de visu lors de la réunion d'automne en Finlande.

Comme les années précédentes, parmi les candidatures, un maximum de quatre lauréats seront sélectionnés dans chaque catégorie et les gagnants seront annoncés lors de la cérémonie virtuelle. Les finalistes sélectionnés dans chaque catégorie seront connus la troisième semaine de mars 2021 sur :
http://www.estaeurope.eu/awards.

Les formulaires d'inscription pour toutes les catégories peuvent être téléchargés ci-après: 

La date limite d'envoi des candidatures est fixée au 22 janvier 2021.

NOMINATION

L'Unicem Bretagne nomme sa nouvelle Secrétaire générale
unicem
Sylvie Lebreton, ancienne présidente de l’Unicem Entreprises Engagées, prend la suite de Christian Corlay au poste de Secrétaire générale de l’Unicem Bretagne. Ingénieure chimiste de formation, Sylvie Lebreton a débuté sa carrière en 1997 en travaillant en tant qu’Ingénieure Environnement et Responsable QSE (Qualité, Sécurité, Environnement) pour le Laboratoire CBTP, une filiale du groupe Pigeon (spécialiste des matériaux de construction et de technologie routière dans l’Ouest)…

CONFÉRENCES - SALONS - EXPOSITIONS

BAUMA CTT Russia : Rejoignez nous !
bauma russia 2021
Bauma CTT RUSSIA 2021, salon international annuel des équipements et technologies de construction organisé par Messe München, est sans contexte le plus grand événement industriel du secteur en Russie et dans les pays de la CEI, offrant une surface d’exposition de 55 000 mètres carré.

Le Salon se tiendra  du 25 au 28 mai 2021 au Crocus Expo International Exhibition Center de Moscou.

Après sa dernière édition de juin 2019, qui a attiré quelques 606 exposants venus d’une vingtaine de pays et 22 726 visiteurs originaires principalement des pays de la CEI, Bauma CTT Russia compte bien réitérer ses performances en 2021… Les inscriptions sont dorénavant ouvertes !

Pour + d’infos : https://bauma-ctt.ru/en/
Tél : (Maritta Lepp) :  +49 89 949-20254
L’édition d’INTERMAT 2021 est reportée au mois d’avril 2024
logo intermat 2024
Face aux nombreuses incertitudes liées à la pandémie de la Covid-19, qui risquent fort de perdurer au premier semestre 2021, les organisateurs d'INTERMAT ont pris la décision d'annuler le salon qui devait se tenir du 19 au 24 avril 2021 à Paris et d'organiser sa prochaine édition en avril 2024. Cette décision difficile s'est avérée aujourd'hui inévitable, au vu d'un contexte sanitaire toujours incertain au premier semestre 2021, qui n'aurait pas permis de tenir l'événement en toute sérénité en avril prochain. Elle est le fruit d'une concertation des professionnels réunis au sein du Conseil d'administration d'INTERMAT.

https://paris.intermatconstruction.com
Le Mondial du bâtiment se refait une santé pour 2022
batimat
Pour répondre aux demandes des professionnels du Bâtiment, de la Construction et de l’Architecture, Reed Expositions, l’Afisb et Uniclima réinventent les salons BATIMAT, IDÉOBAIN et INTERCLIMA, dont la prochaine édition se tiendra pendant 4 jours, du 3 au 6 octobre 2022, à Paris Expo Porte de Versailles. Un retour décidé en collaboration avec Viparis, propriétaire de Paris Expo.
 
Ce retour sur le site historique du Salon et ce nouveau calendrier biennal, en année paire, s’accompagnent également d’une amélioration en profondeur de l’évènement, avec un concept d’exposition totalement repensé et une offre digitale enrichie.
 
Parmi les conditions pour retrouver Paris comme lieu d’exposition, figurait une modification de la date de l’évènement. L’édition 2021 est ainsi reportée à l’automne 2022, ce qui devrait également minimiser les risques de décalages successifs en cas de prolongation de la pandémie actuelle, et faciliter la présence des exposants et visiteurs internationaux. Les trois salons se tiendront dorénavant tous les deux ans au mois d’octobre en année paire, en alternance avec ÉQUIPBAIE-MÉTALEXPO, les années impaires.

Les 4 jours du Salon seront complétés par des outils digitaux destinés à augmenter le nombre de contacts et la notoriété des marques des exposants sur une période élargie. Disponible dès la signature de participation au salon physique, un mix de solutions digitales sera proposé : des contenus multiformes disponibles sur les blogs (livres blancs, articles, nouveautés produits…), des tables rondes en live et en replay, des émissions et podcasts sur Batiradio, des moments interactifs avec des webinaires et des conversations en ligne.



Save the date : Pour annoncer les changements dus au report des salons, BATIMAT, IDÉOBAIN et INTERCLIMA, Reed Expositions, l’Afisb et Uniclima convient les journalistes de la presse nationale et internationale à assister à la conférence de presse le jeudi 28 janvier 2021 9h sur ZOOM.
http://salon.batimat.com/conference-de-presse-mondial/

LU DANS LA PRESSE

Chantiers de France – Construction Cayola – BFM Business...
presse news
Chantiers de France : Le mensuel Chantiers de France lance son cycle de webconférences - « La réunion de Chantiers de France » - avec un premier événement prévu le 2 février prochain, consacré aux nouveaux enjeux de la distribution. Au programme des deux tables rondes de la matinée :

• les nouveaux enjeux économiques (9h30-10h30) : Le modèle de la vente pure est révolu. La valeur d'usage s'impose chez les exploitants qui tendent à optimiser leur CAPEX en respectant une gestion serrée de leur parc. Les différents ratios du distributeur (vente de matériels neufs, SAV, PR, location, occasion) sont à redéfinir…

 les nouveaux enjeux techniques (11h-12h) : Connectivité des matériels, « 0 » panne non planifiées, essor des motorisations alternatives au diesel, aujourd'hui, avènement des matériels autonomes demain, le distributeur doit monter en gamme pour accompagner ces évolutions et adapter son offre de services…

Plus d’infos et inscription: http://lareunion.chantiersdefrance.fr/


Construction Cayola (13/01/2021) : Parution de la 9ème version du guide de préconisations sanitaires de l'OPPBTP : Face aux dernières évolutions de la situation épidémique, l’OPPBTP met à jour son Guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction en période d’épidémie de coronavirus Sars-Cov-2 »…


BFM Business (13/01/2021) : Oui, la reprise du BTP se confirme : Le mercredi 13 janvier, dans l'émission « Good Morning Business » de BFM Business, présentée par Sandra Gandoin et Christophe Jakubyszyn, Olivier Colleau, président exécutif de Kiloutou, troisième loueur européen de matériel de BTP et à ce titre indicateur avancé de l’économie du secteur du TP, a donné son avis sur la situation du secteur du BTP en 2021.

« Après une année 2020 marquée par une altération de nos activités provoquée par la pandémie du coronavirus, et son incidence collatérale sur les entreprises du secteur du BTP dont plusieurs de nos clients ont été contraints de mettre à l’arrêt un grands nombre de leurs chantiers, nous constatons que l’état du marché est aujourd’hui revenu à un  niveau quasi normal et devrait le rester en 2021. Pour autant, nous restons extrêmement vigilants quant à sa santé et plus encore à celle de notre secteur-clients. Là où je suis suffisamment optimiste, tout en restant prudent, c’est de savoir que les métiers de la construction souhaitent la sortie de la neutralité carbone dans une logique de transition environnementale ainsi que dans le cadre d’une économie dite « circulaire ». Il faut bien savoir qu’une machine louée par rapport à une machine achetée, c’est 50% de nuisance en moins. Aussi, cette année, nous souhaitons réduire de 40% les émissions de nos machines en mettant en service sur les chantiers de nos clients des engins à propulsion alternative, en passant de moteurs hybrides que nous proposons déjà à des moteurs encore plus économes en matière d’émissions. Actuellement 37% des engins de notre parc fonctionne en énergie alternative.