Gazole non-routier (GNR) : une « victoire » à la Pyrrhus !
GNR
L’entrée en vigueur des dispositions de la Loi de Finances 2020 qui prévoyait la suppression de l’avantage fiscal lié au GNR au 1er juillet 2021, puis reportée de nouveau à la satisfaction des entreprises du BTP au 1er janvier 2023 « dans le contexte de la crise sanitaire », vient d’être une nouvelle fois modifiée…mais cette fois en sens inverse. Soit au 1er juillet 2022 ! Les organisations syndicales du secteur sont furieuses !

En effet, un sous-amendement déposé par le député LREM, Alexandre Holroyd, et adopté le vendredi 11 juin par l'Assemblée nationale qui examinait le projet de loi de finances rectificatives pour 2021, l'a déprogrammé pour une mise en vigueur au 1er juillet 2022. 

Pour la FNTP, "la suppression du GNR, en l’absence d’engins écologiques disponibles sur le marché, constitue une erreur qui fera peser sur le secteur une charge supplémentaire de 700 millions d’euros en année pleine".
"Ce vote est proprement irresponsable, sachant que les engagements publics du gouvernement avaient déjà été communiqués à l’ensemble de nos entreprises", a fustigé Bruno Cavagné qui a demandé être reçu en urgence par les représentants des majorités dans les deux assemblées pour discuter d'un retour à l'engagement initial.

Pour l’ensemble des organisations syndicales du secteur (FNTP, FFB, Capeb, Unicem, CNATP) et leurs adhérents déjà confrontés à la hausse des prix de matériaux et matières premières, aux incertitudes entourant la crise sanitaire actuelle et à la fragilité de leur trésorerie, cette reculade de l’exécutif sonne comme un nouvel affront.